La voie mystique de l’Islam : le soufisme

« Ce qu’on appelle communément le soufisme représente cette profonde expérience de Dieu qui est celle des mystiques dont l’histoire commence avec le prophète de l’islam lui-même, considéré comme le premier des mystiques, et se déroule jusqu’à nos jours.

C’est à la fois l’expérience, étape après étape, de l’amour infini de Dieu, et le désir du dévoilement, désir perpétuellement inassouvi car jamais ne disparaissent totalement les voiles qui masquent la Face divine. Le désir fou de l’union à Dieu embrase le cœur du mystique, qui voudrait être admis à cette joute amoureuse où pourtant seul l’un des acteurs a le premier et le dernier mot. »

Umar Ibn al-Farid, poète et mystique

« Considéré comme l’un des plus grands mystiques de l’islam, Ibn al-Farid a chanté dans ses poèmes l’amour éperdu de Dieu, l’inlassable recherche du visage divin, le désir inassouvi du dévoilement, comme aussi la souffrance du silence, de l’opacité et de l’esseulement. Il a été surnommé « le prince des amoureux ». C’est en effet le langage de l’amour qui semble le moins impropre à exprimer l’inexprimable, à dire l’indicible. On retrouve à chaque vers de ses poèmes le vocabulaire de l’amour et de la passion, expression de son expérience personnelle partagée entre le désir frémissant de l’union et la souffrance torturante de la distance et de la séparation. »

Vous trouverez ici un lien vers le résumé de la conférence de Quimper du 19 juin 2017 et vers les notes prises lors de la conférence de Brest le 22 06 2017, qui se complètent.